Parrhèsia, un projet de culture et de pragmatisme au sein des entreprises

Temps de lecture estimé:
3 minutes

Pour faire le lien et comprendre notre travail autour de la question-projet "L'entreprise, Institution porteuse de Civilisation?" (à lire en cliquant sur le lien) un petit retour dans nos racines s'impose…

 

En 2002, lors de la création de PARRHESIA, une idée force s'ancre en nous : comment faire profiter les entreprises (managers, dirigeants et salariés) d'une APPROCHE QUI SORTE DES SENTIERS BATTUS et éculés de ce que proposent les cabinets de conseil ou de formation en management. Bien sûr, l'ancrage philosophique n'est pas négociable pour Jean-Olivier Allègre. La philosophie est dans son ADN : un rapport au monde et aux personnes, une manière d'être vécue au quotidien. Sophie Girard va compléter cette approche en incarnant une dimension pratique, pragmatique du conseil et de la formation en management. Notre binôme se met en chemin à partir de la dynamique des VALEURS en entreprise, et, plus largement, de la CULTURE D'ENTREPRISE comme actif stratégique porteur de sens et de performance. Il faut avouer, avec le recul et les questions actuelles concernant le "sens du travail" que l'intuition était juste. Et que la possibilité d'articuler le MANAGEMENT STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL a fait également toute la différence; car PERSONNE DANS L'ENTREPRISE NE SE POSE DE QUESTIONS ETHIQUES, PHILOSOPHIQUES OU MÉTAPHYSIQUES, et c'est bien légitime.

 

QUE VIVENT AU QUOTIDIEN MANAGERS ET DIRIGEANTS ?

La mission qui guide leur activité au quotidien ?

Managers et dirigeants, vous êtes des praticiens et des décideurs en prise avec le monde réel! Vous composez au quotidien avec des conditions que vous n'avez pas toujours choisies! La Philosophie et la Métaphysique vous sont de peu d'utilité dans le feu brûlant de l'action!

Vous êtes, chaque jour, chaque heure confrontés à des situations réelles (et fréquemment stressantes) avec peu de prise de recul (pour l’analyse).

Vous êtes si souvent forcés de décider et d’agir dans un flot d’incertitudes qui vous submergent. 

 

 

ENTREPRISE ET PHILOSOPHIE

Dans ce contexte, soyons sans langue de bois. Entreprises et philosophes partagent un point commun : le MÉPRIS RÉCIPROQUE! 

Les entreprises partagent avec le Politique la nécessité de l'esbroufe, des grands moulinets et des déclarations solennelles oubliées aussi vite qu'elles ont été prononcées. Dans ce cadre la "philosophie" est un de ces prétextes qui sert à habiller l'absence de sens et d'interrogation sur le travail, la coopération, la performance, etc… Un philosophe médiatique bien connu est souvent appelé pour jouer sa conférence (répétée depuis 20 ans et qui a même fait l'objet d'une publication) "le capitalisme est-il moral" dans laquelle, comme pour un discours de Greta Thunberg il est de bon ton d'applaudir frénétiquement à la fin et de s'extasier autour d'une coupe de champagne, et… de ne surtout rien en faire dans le réel… les entreprises ne sont pas ici à blâmer de faire appel à des "philosophes" qui n'ont jamais travaillé en entreprise, voire pour certains n'ont jamais mis les pieds dans des ateliers de production ou des bureaux si ce ne sont ceux des dirigeants avec lesquels ils négociaient leurs émoluments… Bref… les entreprises et nombre de dirigeants n'ont que mépris pour la philosophie, les philosophes, les questions, les pas de côtés et autres dimensions spirituelles, si ce n'est dans le cadre d'une conférence annuelle permettant à tous les acteurs de l'entreprise de "prendre de la hauteur"…

Les "philosophes de métier" ne sont pas en reste de mépris non plus… Au-delà du fait de considérer (après avoir encaissés les émoluments susmentionnés…) le monde de l'entreprise comme un détestable endroit peuplé de gens asservis et ayant abandonné leur liberté d'êtres humains (les salariés), les dirigeants "exploiteurs" et les managers "hommes et femmes de mains" pour faire vivre les bénéfices de l'entreprise… Caricatures, me direz-vous ? Hélas non… Pour être un hybride philosophe en entreprise, je ne connais que trop bien les arrière-cours des cuisines des philosophes…

Dans ce chaos et ce mépris réciproque, PARRHESIA s'est positionné sur un chemin de crête escarpé, mais qui vaut le détour tant il est riche…

À l'inverse de la philosophie "officielle et universitaire" qui considère l'entreprise comme un non lieu de philosophie, nous avons considéré l'entreprise comme un lieu au sein duquel se posait des questionnements et des problèmes philosophiques pour chacun de ses acteurs (opérationnels, managers de tous niveaux et dirigeants). 

 

Sur quoi et comment fonder l'autorité ?

Qu'est-ce que manager une équipe et comment le faire ? 

Qu'est-ce que (et comment) transmettre une culture d'entreprise (avec quelle légitimité) ? Comment créer de la cohésion entre personnes différentes ? 

Comment donner du sens au travail quotidien ? 

Comment et pourquoi coopérer ?

Pourquoi et comment donner de l'autonomie ?

Comment exercer une responsabilité réelle ?

Etc…

 

Bref, au contraire de la philosophie universitaire (qui se replie dans le concept et oublie, voire méprise, le réel, nous avons opté pour une démarche philosophique originelle (et originale dans le monde actuel) : partir des questions et problèmes de l'entreprise, et trouver des réponses par le conseil et la formation en management… Étonnant; mais ça marche ! Autrement dit, quand il existe une écoute réelle et sincère des différents acteurs de l'entreprise, des réponses peuvent être créées en dynamique de coopération dans laquelle chacun apporte sa contribution et ses ressources (savoir, savoir-faire, expériences, réussites et échecs, transferts d'hypothèses, etc…)

 

Autrement dit, ce qui est (trop souvent) méprisé dans le monde professionnel, à savoir, la prise de recul et le pas de côté, la culture et la pensée, deviennent, combinées aux ressources acteurs, une source pragmatique de résolution de problèmes managériaux et humains…

 

Cette voie porte des réussites assez incroyables; certes elle demande effort, travail et ténacité. Mais comme l'écrivait si justement Kierkegaard "ce n'est pas notre chemin qui est difficile, c'est le difficile qui est notre chemin"

 

Sophie Girard & Jean-Olivier Allègre

  

A quoi bon?! ou la question du hamster dans sa roue…

Jean-Olivier / 19 janvier 2021

Pourquoi le hamster pédale t-il à fond pour faire du sur place?..

La question n'est plus dans l'illusoire "penser l'après qui reviendrait à avant", mais penser maintenant qui est l'après, car il n'y a pas d'après; ou, plus exactement, cet après sera (est) notre "maintenant"…

2021... les anti voeux de Parrhèsia

Jean-Olivier / 07 janvier 2021

Un bref, très bref billet en ce début d'année, tant nous savons que votre temps est précieux en cette période de crises multiples. 2021??? Nous n'aurons que 4 points clefs : SENSCONFIANCE, DÉCISION, RESPONSABILITÉ

Inscription newsletter

Pour ne manquer aucun billet de PARRHESIA, laissez-nous vos coordonnées et votre adresse e-mail. Nous serons ravis de vous compter parmi nos abonnés.