Éloge de la ténacité

Temps de lecture estimé:
7 minutes

Si les expressions : "Laisse tomber!", "Arrête et passe à autre chose!", "ne t'acharne pas", etc... vous insupportent, alors ce texte est pour vous ! Il vous est même dédié tant vous devenez une espèce en voie de disparition...

 

 

RÉTABLIR LE SENS DES MOTS ET DES ACTES !

Il convient, aujourd'hui de lutter contre la falsification des mots.

Si vous restez attentifs et un fin observateur du quotidien, vous aurez noté, pendant notre épisode de la "crise sanitaire" (même si le "mouvement" était bien initié dès avant) que la ténacité n'est plus une vertu, mais une tare.

Petite explication de texte pour se remettre la tête à l'endroit et faire l'éloge de la ténacité.

 

TÉNACITÉ ?

La ténacité n'est pas "radicale", en quoi elle se transformerait en extrémisme, et elle n'est pas un hymne à l'immobilité.

Ténacité ! Telle est la caractéristique de l'humain qui "tient fermement", qui "ne rompt pas", qui est "attaché à", qui est "opiniâtre", c'est-à-dire qui ne cède pas, que rien n'arrête.

La ténacité se joue dans la DURÉE; ce n'est pas un "petit moment", c'est une capacité durable.

La ténacité et sa durée se jouent dans et par un ancrage. Les personnes tenaces "croient" en leurs idées, leurs pensées, leurs actions, leurs convictions.

 

 

Apologie du COURAGE | Contre la lâcheté maquillée en vertu

Avoir du courage, c'est avoir du cœur, être capable de "force d'âme".

Avoir du courage c'est ne pas céder devant ce qui nous fait peur, nous terrorise.

Avoir du courage c'est être capable de tenir fermement lorsque l'on veut nous faire céder.

Le courage est alliance d'émotions, de sentiments et de raison. Ce mélange permet d'éviter non seulement l'inconscience, mais aussi de savoir quand et comment résister, lutter.

Et, nous le répétons, le courage est d'abord une victoire sur soi-même avant de l'être sur les éléments ou les personnes.

Sans courage, il n'est nulle ténacité possible; l'individu incapable de se surmonter lui-même dans les temps difficiles et les moments charnières de son existence est incapable de ténacité, qui est ce courage qui dure…

 

 

Grandeur de la FORME | Contre le mobilisme fluide et la dynamique de la flaque

Dans un monde qui invite à l'informe | Dans un monde qui invite au mobilisme absolu

La forme, c'est la capacité, pour un individu, de "ressembler à quelque chose"; autrement dit de "s'incarner". La personne tenace n'est pas un "pur esprit", c'est un humain qui ose, qui "PREND LE RISQUE" et "fait le PARI" d'être une forme définie. Pourquoi "pari" et "risque"? Tout simplement parce que la facilité (et la lâcheté) consiste, proprement à être "informe", sans avis, sans position; ce qui permet d'être une sorte de pendule toujours à l'heure car elle ne donne jamais l'heure. La forme est un risque car elle peut créer la confrontation. ON NE SE CONFRONTE PAS À L'INFORME, à ce qui ne pense rien, ne fait rien et n'est rien. L'informe permet d'emprunter facilement la forme du moment, et comme un liquide, comme une flaque, de se faufiler dans n'importe quel récipient, sans exigence, si ce n'est celle de la forme reçue. L'informe est toujours "à la mode" et dans "l'air du temps", car n'étant rien de structuré, il s'adapte à tout car il n'est rien. Comme l'écrivait ce célèbre historien parlant de certains français lors de la seconde guerre mondiale "ils furent pétainistes sous Pétain et gaullistes sous De Gaulle"…

L'humain ayant une forme ne choisit pas celle-ci pour se "conformer" au désir de l'extérieur, mais il essaie d'être le plus cohérent possible avec sa FORME INTÉRIEURE, d'incarner sa pensée et de la vivre au quotidien.

S'il possède une forme et qu'il la porte dans le monde, l'individu tenace n'en est pas moins capable de composer avec le réel; mais la question qu'il va se poser, et qu'il va poser au Monde qui l'entoure (éléments et personnes) est celle-ci : est-ce que je bouge ou est-ce que je reste là où je suis? Au risque de passer pour un conservateur ou (pire aujourd'hui) un réactionnaire, il va refuser l'idéologie du mobilisme qui consiste à "être agile" et à "bouger" tout le temps, en toute occasion et pour n'importe quoi. La personne tenace peut bouger, mais, à nouveau, elle ne bouge pas parce qu'elle cède à une pression (de quelque ordre que ce soit) de l'extérieur, mais, parce que, ayant jaugé la situation avec son cœur (émotions) et son esprit (raison) elle décide d'elle-même et par elle-même de se mettre en mouvement.

 

 

La VIRTU en vertu cardinale | Contre la faiblesse permanente

La virtu, chez les romains de l'Antiquité (et au sens étymologique de "vertu") définit la PUISSANCE INTÉRIEURE qui oriente la conduite quotidienne. La virtu témoigne de ce qui MÉRITE, vaut la peine d’être accompli et réalisé; voire de ce qui mérite d'être vécu.

La ténacité repose fondamentalement sur cette virtu, cette puissance intérieure.

La ténacité peut s'inscrire dans la durée parce qu'elle est PUISSANCE INTÉRIEURE. Sans elle, il est impossible de tenir dans les moments difficiles.

Et toutes celles et ceux qui ne peuvent compter sur leur puissance intérieure, longtemps travaillée et aguerrie ressembleront à ces être légers qui ont un destin de feuille morte en automne : elles tomberont, inexorablement lorsque l'arbre lâchera prise pour se poser là où le vent les fera aller.

Celles et ceux qui possèdent la virtu choisissent leurs moments; ils choisissent leurs combats. Et, s'ils doivent céder, car nul n'est invincible, ils savent où aller et comment y aller…

 

RÉSISTER | Contre l'adaptation permanente

Être tenace c'est poser un refus (argumenté et rationnel) de NE PAS ABANDONNER UNE POSITION, un lieu, une façon d'être, un mode d'existence.

Être tenace consiste à savoir perdre des batailles pour ne pas perdre la guerre; autrement dit, à savoir perdre du terrain quand les forces en oppositions sont largement supérieures et nous submergent, mais à savoir aussi revenir et lutter pour reprendre ce qui a été perdu.

L'idéologie actuelle de l'adaptation permanente conduit à créer des humains sans racines ni ancrages; créatures éthériques et oniriques sans consistance… Or, être humain, c'est devenir dans une forme donnée sur un territoire donné pour accomplir son existence (personnelle et professionnelle)

 

 

DEMEURER | Contre l'idéologie du changement permanent

Demeurer, c'est HABITER; c'est-à-dire c'est occuper un lieu.

Demeurer, c'est PRENDRE SOIN d'un lieu et des éléments qui le composent (personnes, animaux, plantes, etc…)

Demeurer est un élément de l'écologie personnelle, cette faculté de prendre soin de son habitat de proximité et non pas de se considérer (selon les mots de Descartes) "comme maître et possesseur de la nature";

Demeurer c'est RESPECTER son environnement humain et naturel

Demeurer c'est laisser prospérer ce qui fait prospérer l'environnement de son habitat

Demeurer c'est RÉSISTER à ce qui détruit l'environnement de son habitat

Demeurer c'est savoir "se poser" dans un lieu et avec des personnes pour construire et non pas fuir dans le changement permanent et le bougisme.

Demeurer, c'est être capable de bouger en conformité avec sa forme intérieure et en harmonie avec le monde extérieur et ses mutations tout en suivant ses propres mutations intérieures et personnelles.

 

 

RÉALISTE | Contre l'idéologie positiviste

Les personnes tenaces ACCEPTENT LE NÉGATIF; non seulement elles savent que le "négatif" existe, mais elles l'acceptent comme une des dimensions du réel.

Nous savons bien que nous baignons dans la fange du positivisme qui nie la réalité (c'est-à-dire que le réel est positif et négatif, bien et mal, bon et mauvais, facilitant et contraintes, joie et peine, plaisir et souffrance, etc…)

Les personnes tenaces refusent la dérive puérile de nos Narcisses Immatures™ qui remplissent et saturent l'espace public et médiatique actuel et qui veulent transformer le monde en "Royaume du Bien et du Bon" et en "Royaume du Plaisir Absolu sans Souffrances". Les tenaces n'ont pas besoin d'avoir lu Philippe Muray et son célèbre ouvrage "L'Empire du Bien" pour savoir qu'à force de vouloir le Bien et le Bon partout, on transforme le monde en Enfer pour tous.

Les tenaces savent, sans avoir lu Kierkegaard que "ce n'est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin".

Ils ne renoncent pas, car ils ont des CONVICTIONS; et ils savent, d'expérience que ces convictions seront mises et soumises à l'épreuve non seulement par les éléments, mais surtout par leurs congénères (notamment ceux remplis de "bienveillance" qui sont prêts, par pure gentillesse et humanité, à les envoyer dans des camps de rééducation pour leur apprendre la vie…)

 

 

RESPONSABLE | Contre la survalorisation des irresponsables

Qu'est-ce qu'un irresponsable ? Quelqu'un qui ne réfléchit pas à "après".

L'irresponsable, tel Épiméthée dans les légendes de la Grèce Antique, agit sous le coup d'impulsions et réfléchit aux conséquences de ses actes…après…

Être capable de ténacité, c'est penser et incarner la responsabilité : RÉFLÉCHIR avant, AGIR en toute conscience et ASSUMER les conséquences de ses actes.

Il faut bien l'avouer… être tenace dans le monde actuel est une réelle gageure tant les comportements de Narcisses Immatures™ sont non seulement tolérés, mais survalorisés, encouragés et encensés.

Mais qu'importe, une nouvelle fois, aux tenaces la reconnaissance des médiocres et des impuissants, des fameuses "flaques" évoquées plus haut quand il s'agit d'être à la hauteur de soi, de sa pensée et des événements.

 

 

Chacun l'aura compris; la TÉNACITÉ est l'amour de soi bien compris; de cet amour de soi qui pense et intègre les autres et son environnement…

 

Merci à toutes et tous ceux qui, tenaces tiennent fermement. Tels des Atlas du monde moderne, vous résistez aux dérives de notre époque… Elles sont nombreuses, permanentes et omniprésentes; votre courage est immense! Bravo !

 

Sophie Girard & Jean-Olivier Allègre

Tags
ténacité, valeurs

(JP)5 Le virus sociétal qui va détruire votre entreprise

Jean-Olivier / 27 septembre 2021

Covid-19 est une plaisanterie face à (JP)5. Ce virus sociétal détruit beaucoup plus l'humanité que celui du pangolin. Il est aussi et surtout un révélateur de la présence de Narcisses Immatures™ dans vos organisations. Alors sachez le détecter rapidement; sinon… gare aux explosions sociales entre les (JP)5 et les autres…

Rentrée : éviter la grande désespérance

Jean-Olivier / 14 septembre 2021

Après 18 mois de chaos, d’incertitudes, de stress et d’énormément d’efforts, qu’elles étaient attendues ces vacances pour beaucoup de salariés. Pourtant, pas sûr que tout se soit déroulé comme prévu au niveau de la « récupération ». Petit tour d’horizon des « forces » en présence au moment de la reprise ! Et des défis des managers en cette rentrée !

Inscription newsletter

Pour ne manquer aucun billet de PARRHESIA, laissez-nous vos coordonnées et votre adresse e-mail. Nous serons ravis de vous compter parmi nos abonnés.