Rentrée : éviter la grande désespérance

Temps de lecture estimé:
4 minutes

Dès le mois de juin, nous avons pu entendre (de manière joyeuse ou en signe d’épuisement) : « vivement les vacances! ». Elles étaient tant attendues! Après 18 mois de crises multiples : sanitaires, économiques, humaines, politiques… Certains d’entre vous  ont très mal vécu ces enchaînements d’annonces, de contre-annonces, de partir dans un sens, de revenir, de repartir, et surtout de toutes ces mutations vécues ou subies (organisation, métier, digitalisation, mode de fonctionnement, déplacements, etc…). Bref, une grande lassitude de la « crise sans fin » et de ne pas savoir vivre dans les incertitudes s’étaient installée.

 

Certains avaient franchi un cap qui ne relevait plus simplement du « coup de mou » ou de la démotivation « classique », mais avaient franchi le cap du Grand Vide et de la question ultime du nihilisme : « à quoi bon » ? A quoi bon faire quand on doit défaire ? A quoi bon mettre en place une organisation quand elle sera remise en question 48 heures plus tard, etc…

 

L’été attendu devait être beau et radieux! Hélas, il s’est transformé, pour beaucoup, en été pourri, tant par la météo que par les tensions liées à la vaccination et la mise en place du « passe sanitaire » qui a séparé des amis, tendu des couples et brisé des familles… La sérénité « relationnelle », la détente n’ont pas toujours été au rendez-vous, loin de là !

 

L’anhédonie a fait son apparition dans le vocabulaire de la rentrée. Un mot savant pour décrire l’absence de plaisir :  quand plus rien ne fait plaisir, ni dans son corps, ni dans sa tête ni dans son coeur… Bref, une perte de ressentis positifs ! C’est très dommageable quand on veut « recharger » ses batteries si l’on ne ressent plus de joies ou de plaisirs…

 

Pour les managers, la rentrée s’opère avec une « petite touche » de complexité supplémentaire : le management en mode « mixte » ! Certaines personnes sont à 100 % sur les sites, d’autres personnes sont 100% en télétravail et les derniers avec 2 ou 3 jours par semaine de télétravail et le reste sur le site !. Bienvenue dans le management de la rentrée 2021 ! Beau défi pour retisser de la relation humaine et reconstruire la cohésion !

 

Il va falloir, pour les managers, à titre personnel et aussi pour leurs équipes, apprendre à manager les charges et rééquilibrer les différentes ressources personnelles et humaines sous peine de voir des secousses, des tensions, voire des séismes, des tremblements de terre ou des tsunamis.

 

Commençons par un petit tour du côtés des charges à supporter par chacun

 

CHARGES PHYSIQUES

La crise durable a provoqué la nécessité de « refaire du volume ». La charge physique, c’est notre confrontation à tout ce que nous devons faire, réaliser, produire dans la semaine, chaque jour. Ce « volume » de travail à produire demande de l’énergie physique, du corps, pour faire ce qui doit être fait. C’est le domaine de base, quand votre corps peut, vous faites; si vous n’avez plus d’énergie dans le corps… compliqué de suivre le rythme !

 

CHARGES MENTALES

Le « volume » de travail évoqué dans le précédent paragraphe, même s’il est important, peut être « aisé » à faire car il ne sollicite « que » notre physique. Notre mental, c’est-à-dire notre capacité à être créatif, à organiser et faire face aux problèmes et difficultés peut ne pas être sollicité. Mais il se peut que non seulement nous ayons beaucoup à faire et que cela nous sollicite physiquement, mais que nous soyons aussi confrontés à des actions compliquées, voire complexes. Et là, nous allons solliciter nos ressources mentales, voire psychologiques pour comprendre ce qui se passe et surtout trouver des solutions pour surmonter ces problèmes.

 

CHARGES EMOTIONNELLES

Voici l’un des grands tabous en entreprise : les émotions ! Ah si les être humains pouvaient vivre sans émotions, semble parfois dire les entreprises… oui nous avons des charges émotionnelles. Je peux très bien avoir un grand volume de travail à réaliser avec des actions complexes, voire même des problèmes et ne pas en être affecté. Je peux très bien gérer ces charges émotionnelles, si je me sens « bien », « détendu ». Mais tout peut devenir très difficile, même des petites charges de travail et des petits problèmes si je suis stressé, si je suis à fleur de peau, si tout me touche ! Nous ne parlons pas ici de personnes sensibles ou hyper sensibles, mais d’un état de fatigue émotionnelle qui nous conduit à vire, à un instant T un moment de grande sensibilité, de nous sentir stressé et dépassé émotionnellement. Nous n’arrivons plus à réguler ces émotions (négatives) présentes en nous et alors tout s’embrouille, car nos émotions nous font perdre lucidité (mental) et capacité (physique).

 

CHARGES SOCIALES

Si les charges émotionnelles sont un des grands tabous, les charges sociales font l’objet d’un déni fantastique ! De quoi parle t-on ? De ces relations humaines qui sont « négatives », voire, dans certains cas extrêmes, destructrices ! Qui ne vit pas comme un moment difficile qui entame nos « ressources sociales » d’être dans un environnement de personnes systématiquement négatives, qui râlent sur et pour tout ? De travailler au quotidien avec des personnes colériques ou caractérielles ?.. Bien sûr ce type de « relation » vient entamer notre énergie et nos capacités de relations humaines. N’oublions pas non plus celles et ceux qui sont à distance et qui n’ont plus de relations sociales depuis un long moment et qui ne sont plus « ravitaillés » en énergie sociale alors même que, précisément, ils se nourrissent de ces relations ?…

 

 

Nous pourrions continuer à égrener les situations sur chacune des charges tant cette rentrée est, dans certains cas, proprement « surréaliste » en terme d’organisation, de travail, de fonctionnement et d’incertitudes.

 

Ce qui est et ce qui reste important et capital dans ce quadrimestre à venir (septembre - décembre) pour les managers, les dirigeants et les entreprises, ce sera, précisément non seulement de régler les charges quand cela sera possible, mais surtout de MANAGER LES RESSOURCES pour permettre aux individus et aux collectifs de faire face et passer cette période le mieux possible pour garder COHÉSION et MOTIVATION !

 

Le GRAND DÉFI MANAGÉRIAL sera donc pour vous, managers et dirigeants

Comment manager les RESSOURCES PHYSIQUES ? Que pouvons-nous mettre en place pour éviter de carboniser les personnes et leur donner de l’énergie ?

Comment manager les RESSOURCES MENTALES ? Que pouvons-nous mettre en place pour alléger les sollicitations sur les problèmes et favoriser la créativité ?

Comment manager les RESSOURCES ÉMOTIONNELLES ? Que pouvons-nous mettre en place pour limiter le stress et au contraire favoriser le sentiment de réalisation et d’épanouissement dans le travail ?

Comment manager les RESSOURCES SOCIALES ? Que pouvons-nous mettre en place pour que les relations humaines (management-équipes, mais aussi entre collègues, etc…) soient des moments de ressourcement et non d’épuisement ou de tensions ?

 

Il faudrait aller encore un cran plus loin en parlant (tabou ultime en entreprise) des RESSOURCES SPIRITUELLES, celles dont nous disposons quand nous avons conscience de ne pas être uniquement un être corporel de chair de sang et d’eau, mais aussi avec des aspirations aux arts, à la vie de l’esprit, à la méditation ou au sacré ?… C’est aujourd’hui cette ressource oubliée (voire méprisée) qui conduit à la grande désespérance et au nihilisme (entraînant les plus fortes dépressions et épuisements professionnels) et sur laquelle le manager n’a pas la main. Il ne s’agit pas de devenir des managers philosophes ou des Sages, mais de garder en tête que cette dimension (ou son absence) conduisent aujourd’hui à des comportements qui ne sont plus gérables en entreprise…

 

PARRHESIA vous a toujours accompagné, managers et dirigeants, dans le management de ces différentes ressources. Nous avons la chance, au-delà d’avoir un philosophe à la maison ! D’avoir une grande expérience dans la coopération avec des managers qui doivent accompagner des personnes en situation de grande fragilité. Ce savoir-faire est une richesse incroyable et que nous partageons volontiers tant le management actuel doit se concentrer, s’il veut de la PERFORMANCE, sur la prise en compte de ces RESSOURCES !

Sophie GIRARD & Jean-Olivier ALLEGRE

Tags
management, fragilité, ressources, charges

(JP)5 Le virus sociétal qui va détruire votre entreprise

Jean-Olivier / 27 septembre 2021

Covid-19 est une plaisanterie face à (JP)5. Ce virus sociétal détruit beaucoup plus l'humanité que celui du pangolin. Il est aussi et surtout un révélateur de la présence de Narcisses Immatures™ dans vos organisations. Alors sachez le détecter rapidement; sinon… gare aux explosions sociales entre les (JP)5 et les autres…

Savoir se reposer...

Jean-Olivier / 05 septembre 2021

Dans l'univers professionnel, la notion de "repos" est mal appréhendée... Petite prise de recul sur le repos et... l'activité.

Inscription newsletter

Pour ne manquer aucun billet de PARRHESIA, laissez-nous vos coordonnées et votre adresse e-mail. Nous serons ravis de vous compter parmi nos abonnés.